La méthode

Voici quelques réflexions qui dévoilent mon approche personnelle du soutien scolaire…

Quelles sont les causes de la difficulté scolaire ?

Il y a des causes primaires qui engendrent les difficultés : un manque d’intérêt pour la discipline ; un manque de travail ; un manque de motivation, souvent lié à une impression d’inutilité pratique des connaissances acquises ; un rythme trop rapide en classe, etc.

Il y a aussi des causes secondaires qui accroissent les difficultés, comme le manque d’aide aux élèves en difficulté, qui peut malheureusement léser ces derniers malgré leur bonne volonté. En particulier, le manque de temps ou de spécialisation ne permet pas toujours aux proches (parents, amis…) d’aider un élève en difficulté.

Quel est le rôle du soutien scolaire ?

Il peut être curatif quand il s’agit de combler une faiblesse dans l’apprentissage ou de remettre l’élève à niveau dans une discipline, notamment pour éviter un redoublement.

Il peut aussi s’intégrer à une stratégie d’excellence, avec un objectif précis : préparer un examen ou un concours (le baccalauréat par exemple), intégrer une formation prestigieuse (classes préparatoires, concours médicaux, etc.)

Il peut enfin, dans de rares cas, s’orienter vers le développement personnel : améliorer sa confiance en soi et son aisance à l’oral ; améliorer ses méthodes de travail pour devenir plus autonome ou plus rapide ; améliorer son rapport à l’école et au travail scolaire (intérêt intrinsèque pour les connaissances, conscience de l’enjeu des diplômes, etc.)

Quelle est la bonne méthode pour que l’élève réussisse ?

Au risque de décevoir, il n’existe pas UNE méthode miracle. Par expérience, les élèves sont si différents que toute méthode qui se voudrait universelle serait terriblement suspecte. Il est donc tout à fait normal qu’au sein d’une classe comptant souvent plus de trente élèves, certains peinent à suivre même si le professeur est compétent. Tout l’intérêt des cours particuliers réside justement dans le fait que le professeur s’adapte à l’élève qui travaille à ses côtés.

Le talent du professeur particulier repose alors sur sa capacité à guider un élève spécifique à travers les embûches inhérentes à tout apprentissage. Comme l’élève est unique, les embûches lui sont propres, et la manière de les surmonter aussi. Il faut alors l’entraîner par des chemins détournés vers le déclic concomitant à la résolution de toute difficulté – parfois un exemple, un recadrage ou une simple astuce suffit. L’art du professeur se révèle sur ces sentiers de traverse, où ce qui est complexe et rebutant devient simple  et spontané.

Quelles sont les qualités qui me tiennent à cœur ?

Les considération précédentes sur la méthode peuvent paraître à certains vagues ou obscures. Pour les rassurer, j’expose dans la liste suivante certains axes de travail qui me servent de fils conducteurs. Je les considère comme majeurs car ils s’appliquent à la majorité des situations de soutien scolaire :

  • être patient et réactif face aux difficultés de l’élève ;
  • inciter l’élève à communiquer activement dans un climat de confiance ;
  • insister sur l’usage des sciences dans la vie quotidienne à travers leurs applications, pour stimuler la curiosité et la motivation de l’élève ;
  • transmettre certains réflexes spécifiques à la physique-chimie pour devenir autonome, détecter ses propres erreurs, gagner du temps ;
  • encourager une expression écrite et orale de qualité, scientifique ET littéraire ;
  • faire réfléchir l’élève sur l’intérêt de certaines attitudes : concentration, travail, persévérance.

Une déontologie est-elle nécessaire ?

Oui, sans hésiter. Le professeur doit mériter la confiance qu’on lui accorde.

À travers le respect de l’élève tout d’abord :

  • le professeur prépare les séances ;
  • il est assidu et ponctuel ;
  • il ne laisse jamais l’élève sans réponse.

Mais aussi à travers le respect des parents :

  • son objectif n°1 est la réussite de l’élève ;
  • sa transparence est totale à propos du contenu des séances ;
  • il est honnête quant aux besoins réels de l’élève.

L’éducation est un thème trop important pour céder au mercantilisme. Face à l’explosion du « marché » des cours particuliers, j’ose penser que nous sommes en mesure de promouvoir une éthique du soutien scolaire.

Les commentaires sont désactivés sur cette page.